Print Shortlink

Chinois loue homme d’affaires

L’Empire du Milieu est un rouage essentiel dans le capitalisme actuel, au point qu’on pourrait même en venir en croire qu’il est devenu LE rouage principal. Les trois quarts des objets qui vous entourent en ce moment ont probablement été assemblés là-bas, plus ou moins bien, avec plus ou moins d’amour, mais cela n’empêche qu’ils sont bien là.

Ca ne sert à rien de s’énerver

Il serait même assez légitime que les chinois commencent à avoir le boulard. Après tout, l’Occident est à leur botte, c’est un revirement de situation assez incroyable ! Eh bien en fait… on est loin de la condescendance, au contraire. La Chine semble plutôt conserver un certain complexe d’infériorité, comme en témoignent certaines offres d’emploi non officielles mais tout à fait réelles.

La situation en quelques chiffres bienvenus

Il faut savoir qu’auprès des chinois, l’Occident dégage toujours une certaine aura de développement, et avoir un associé qui en est originaire, c’est un peu la classe. En d’autres mots : c’est la consécration aux yeux des investisseurs et de l’opinion générale. Par conséquent, si l’on n’a pas encore de vrai partenaire occidental, eh bien il suffit de faire comme si : il est donc fréquent de créer des entreprises de toutes pièces (cartes de visite incluses) et de parader avec son “PDG d’un jour” pendant les événements, pour la forme. Cela donne des offres d’emploi incroyablement racistes.

Ce type pourrait être plus pauvre que vous

En effet, il est très fréquent que des expatriés en quête d’argent de poche ou en quête d’un emploi soient approchés par des recruteurs chinois à la recherche de ces PDGs d’un jour. Eh bien, à la tête d’une entreprise fictive, le faux homme d’affaire caucasien devra louer les mérites de ses partenaires chinois, serrer des mains, couper des rubans, et prendre la pause, à moins qu’on ne lui demande tout simplement de s’asseoir quelques heures par jour dans un bureau bien en évidence. Pour faire l’affaire, il suffit d’être blanc, d’avoir l’air d’être entre deux avions, de porter un costume, et roulez jeunesse.

Par contre ne comptez pas sur l’assurance maladie

Pour résumer, comme le dit si bien Colbert : “Les derniers à croire encore au rêve américain… ce sont bien les chinois !”

Leave a Reply

You must be logged in to post a comment.